Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français

mercredi 30 mars 2016
par  Atheïsme International

« Il ne faut pas imposer sa religion aux autres.
Il faut se soumettre à la loi du pays. »
Tel est le message profondément laïque que le dignitaire religieux de Syrie, Ahmad Badreddin Hassoun, a adressé aux croyants français : chrétiens, juifs ou musulmans dans un entretien accordé à Pierre Barbancey paru dans l’Humanité de ce 29 mars.

Extraits :

« La religion est venue dans l’univers pour répandre l’amour entre les humains. Ils ne doivent pas transformr la religion en une arme de haine. Car la haine n’est pas une création de Dieu mais de certains religieux et de certains hommes politiques qui veulent instrumentaliser la religion pour prendre le pouvoir. Je mets en garde le peuple français contre cela.

J’ai vu de mes propres yeux comment qu’un certain nombre de mosquées qui ont été construites chez vous ont fabriqué ces terroristes, ont développé un fondamentalisme religieux. Mais malheureusement, les autorités françaises n’ont pas répondu à mes préoccupations. Elles ont préféré suivre l’Arabie saoudite, qui a dit que je n’étais qu’un laïque !
Il faut que ceux qui prennent la nationalité française se considèrent comme français. Ils doivent être des Français musulmans, pas des musulmans français.

Musulman, chrétien ou juif, c’est une question entre soi et Dieu. Il ne faut pas imposer sa religion aux autres. Il faut se soumettre à la loi du pays. Et la loi n’est pas en contradiction avec la religion. S’ils veulent mettre en place un califat en France, qu’ils retournent dans leur pays d’origine. La France est un pays laïque qui ne combat pas la religion. Mais il ne faut pas mêler la religion et le politique. »


Commentaires

Logo de Atheïsme International
Le journal l’Humanité est-il un bulletin paroissial ?
lundi 13 juin 2016 à 19h02 - par  Atheïsme International

Le journal l’Humanité est-il un bulletin paroissial ?

On est en droit de se poser la question.

En effet, pas plus tard que la semaine dernière, le président de notre association avait fait remarquer à la direction du journal que l’utilisation du mot « âme », pour désigner les habitants d’une commune française, était inapproprié depuis la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, et qu’on les désigne officiellement depuis, par citoyens, habitants, gens d’ici ou de là ; le terme « âme » relevant exclusivement du vocabulaire des religieux pour désigner leurs paroissiens, c’est-à-dire des citoyens adeptes de tel ou tel culte selon leur vie privée.

Ainsi aucune instance administrative d’Etat ne peut s’adresser ou entretenir des relations qu’elles quelles soient – sauf dans le cas des autorités cultuelles – que sur le plan de la citoyenneté ; par exemple avec un journal qui reçoit des subventions publiques, ce qui est le cas pour l’Humanité, sauf si ce dernier bien entendu devient un Bulletin paroissial.

Nous disons cela parce qu’aujourd’hui encore page 11, dans le journal fondé par Jean Jaurès, dont quotidiennement on rappelle au lecteur une de ses maximes, on n’hésite pas à écrire ceci : « dans une petite commune de l’Hérault d’à peine 9 000 âmes… »

Cela ne peut perdurer, surtout quand parallèlement, au-dessous de ces mots, on crie URGENCE Souscription !

Avant il faudra confirmer tout de suite que le journal est bien ce qu’il dit être.

Logo de MICHAUD
mercredi 27 juillet 2016 à 07h30 - par  MICHAUD

A "Atheïsme International"

Je suis étonné de lire de votre part que "l’HUMA" serait devenu un bulletin paroissial parce qu’il a utilisé le mot "âme" au lieu d’habitants ou de citoyens !!!

Outre le fait que le mot âme a toujours été utilisé avec différents sens bien précis dont voici des exemples :

Sens 1
Religion
Principe spirituel de l’homme, qui existe en soi et s’oppose au corps.

Synonyme : esprit
Traduction anglais : soul
Sens 2
Principe des qualités morales, de la conscience, de l’humanité d’un être.
Synonyme : nature
Traduction anglais : spirit

Sens 3
Littéraire
Habitant, être humain.
Exemple : Une bourgade de cinquante âmes.
Synonyme : individu

Sens 4
Agent essentiel, moteur.
Exemple : L’âme de la révolution.
Synonyme : agent

En somme si vous n’êtes pas CAPABLE de comprendre que le sens du mot utilisé par le journal "L’HUMANITE" est le "sens 3" et pas le "sens 1"

Pour ma part, je suis un athée pur et dur, mais votre remarque sauf s’il s’agit bien sûr d’une plaisanterie est pour ma part parfaitement déplacée.

L’utilisation du mot "âme" n’a en effet JAMAIS été une prérogative EXCLUSIVE du vocabulaire religieux ne vous en déplaise.

Par contre le mot "blasphème" par exemple lui a bien été littéralement ACCAPARE par les religions

Le terme blasphème vient du latin blasphemia, lui-même emprunté au grec βλασφημία, substantif correspondant au verbe βλασφημέω « parler mal de quelqu’un, injurier, calomnier ». Le second élément de ces deux mots se retrouve dans les verbes φήμι et φάσϰω « déclarer, dire ». En revanche l’origine du premier élément βλασ- est peu claire, même s’il est tentant de rapprocher celui-ci de βλάϐη, βλάϐος « dommage » et de βλάπτω « endommager, cause du tort, nuire ». C’est dans le grec de la Septante et du Nouveau Testament que le verbe et le substantif ont reçu le SENS religieux de « blasphémer ».

La notion évolue au cours des siècles pour aboutir au concept que le blasphème ne devra plus concerner que l’injure APPLIQUÉE au fait religieux. Ainsi au XVIe siècle le théologien espagnol Francisco Suárez définit le blasphème comme étant « toute parole de malédiction, reproche ou irrespect prononcé CONTRE Dieu ». En 1913, l’Encyclopédie catholique, soutient à nouveau que le blasphème ne doit s’intéresser qu’au domaine de la religion : « Tandis que le blasphème, étymologiquement, peut diffamer aussi bien une créature que ce qui appartient à Dieu, dans sa stricte acception il n’est utilisé que dans ce dernier sens ».

Le blasphème est enfin défini par le Larousse comme étant « une parole ou discours qui OUTRAGE la DIVINITÉ, la RELIGION ou ce qui est considéré comme respectable ou sacré ».

Utilisé dans un cadre plus général, le blasphème est une irrévérence à l’égard de ce qui est considéré comme SACRE ou INVIOLABLE.

Alors je vous rassure je ne pense pas que le journal "L’HUMANITÉ" ne se sentira absolument pas blasphémé (sic) par votre remarque, ses écrits n’étant absolument pas de NATURE religieuse comme vous pouvez le constater .

EN TOUTE AMITIÉ et en bonne intelligence....

Bernard MICHAUD

Logo de Le president
Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français
jeudi 2 juin 2016 à 20h38 - par  Le president

Bonjour,

Je lis dans le journal l’Humanité d’aujourd’hui, dans un article signé Joseph Korda à propos des intempéries dues aux pluies incessantes, que le Loing a, dans sa crue inondé Châlette-sur-Loing commune du Loiret de "14 000" âmes .

Qu’est-ce donc que cette curieuse originalité de vocabulaire, utilisée seulement dans l’ancien Régime où le Roi et le l’évêque présidaient par la peur et l’intolérance aux destinées des "âmes" des villes et villages ! Tous considérés comme étant des fils de Dieu naturellement !

Nous sommes depuis quelque temps en République me semble-t-il, et même laïque, n’en déplaise à ce rédacteur, et depuis 1793 les êtres humains peuplant la France se désignent et se comptent par habitants et par citoyens, non pas par tant "d’âmes ". On lui rappellera en passant que l’âme n’est point, mais que la matière seule existe.

Sans doute aura-t-il lu le très beau livre de Jim Thompson dans la Série noire : /1275 âmes/, dont s’est inspiré B. Tavernier pour son film « Coup de torchon », Mais justement le mot "âme" sert de discrimination entre les gens !

Cordialement.

Logo de Le president
Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français
jeudi 26 mai 2016 à 12h28 - par  Le president

Bonjour,

C’est avec intérêt que nous avons lu l’article-enquête intitulé La Laïcité comme seul combat ! dans le n° 360 de juin 2016 de votre magazine Pleine Vie .

Vous exigez que l’application des lois françaises soit une réalité, nous aussi. Cependant vous ne citez pas celle qui motive votre article et vos inquiétudes sur la laïcité.

Etant une association qui défend en particulier la laïcité depuis bien longtemps, ( avant Internet, et encore avant ), nous nous permettons de vous transmettre notre adresse électronique, et vous pourrez ainsi découvrir le texte intégral de la Loi du 9 décembre 1905 concernant la Séparation des Eglises et de l’Etat afin de la mieux faire connaître et donc respecter ; loi unique dans le monde.

Bien cordialement.

Logo de Olivia Dune
Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français
mercredi 20 avril 2016 à 16h30 - par  Olivia Dune

Mais que lit-on dans le journal l’Humanité de lundi dernier, 18 avril 2016, le journal de Jean Jaurès, oui que lit-on en page 17 sous la plume de Jean-Michel Galano, professeur de philosophie et membre du comité de rédaction de La Pensée  ?

Et bien on lit ceci : « On est heureux d’apprendre que toutes les religions, toutes, ont eu et ont encore leurs intégristes. On pourrait en dire autant des grands prêtres autoproclamés de la laïcité.  »

Diantre ! si Jaurès a eu écho de cela, on pourra dire, selon la formule en usage, qu’il a dû se retourner dans sa tombe !

Mais qui sont donc ces grands prêtres de la laïcité ? l’oxymore ici fonctionne à bloc pour impressionner le lecteur, mais faut-il encore la justifier, au risque de passer pour un ridicule et misérable effet de manche.

Oui, qui sont donc ces prêtres autoproclamés de la laïcité ?

Sont-ce Marx, qui en 1843 définissait déjà la laïcité quand il écrivait : l’État s’émancipe de la religion en s’émancipant de la religion d’État, tout en abandonnant la religion à elle-même au sein de la société bourgeoise, l’individu s’émancipe politiquement de la religion en se comportant envers elle non plus comme envers une affaire publique, mais comme envers son affaire privée. ; Hugo, qui s’opposa à la loi Falloux à l’assemblée en 1850 en déclarant : Je veux l’état laïque, purement laïque, exclusivement laïque  ; Vaillant qui amena le décret du 3 avril 1871 fixant pour la première fois en France la séparation de l’Eglise et de l’Etat ; Ferry et les lois de l’enseignement laïque de 1881, 1882 et 1886 ; Jaurès, Briand, Faure et Combes ou Ferdinand Buisson qui rédigèrent la loi du 9 décembre 1905 Concernant la Séparation des Eglises et de l’Etat ; les Macé, Bayet, ceux des Premiers Etats généraux de la France laïque du 18 juillet 1948 qui s’opposèrent au décret Poinso-Chapuis favorisant financièrement les écoles confessionnelles ; et tous les milliers de militants du Comité National d’Action Laïque qui firent signer dans toutes les communes de France la Pétition contre la loi Debré du 31 décembre 1959 allouant des fonds publics aux écoles privées ; les Jean Cornec et Henri Pena-Ruiz ; les nombreuses associations qui s’efforcent de rappeler que la laïcité est une loi, et que nul n’est censé l’ignorer ?

Mais qu’on nous les désigne donc ces « grands prêtres de la laïcité » !

Par contre les détracteurs autoproclamés de la loi, ceux qui veulent la modifier, l’adapter, la changer voire l’abroger – dans la lignée de Pétain par son décret du 25 décembre 1942 – et qui l’affublent pour cela de toutes sortes d’épithètes les plus fourbes les unes que les autres : laïcité positive, moderne, plurielle, aménagée, intérieure, de paix, de combat, etc.

Oui on les connaît, à la fois par les Commissions Stasi ou Machelon, et par leur déclarations, comme celles de Sarkozy à Debray en passant par Balibar, jusqu’au président socialiste Hollande qui, après restauration du dôme du Panthéon, monument public, remet, malgré les avertissements des républicains laïques, en son faîte une croix chrétienne toute neuve, violant ainsi la loi de 1905 qui précise en son Article 28 qu’ « Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblême religieux sur les monuments publics. »

Alors, avant de se lancer maladroitement dans la critique de ceux qui défendent une loi de la République, qui est, comme c’est le cas de toute loi, généralement l’expression même de la raison, faisons montre d’un peu plus de sérieux et efforçons-nous plutôt, comme le conseillait prudemment Hugo de briller comme un esprit, et non comme une chandelle.

Olivia Dune

Logo de Laurent Gensac
Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français
mardi 19 avril 2016 à 14h49 - par  Laurent Gensac

Nous avons reçu de Paul Ariès l’entretien qu’il a donné à propos de la publication chez Max Milo de son dernier ouvrage intitulé La Face cachée du pape François, 270 p.
Il s’y présente comme athée – cependant il arrive qu’il précise qu’il soit « totalement athée, Dieu merci ! », et précise qu’il « n’a jamais considéré que la religion serait uniquement un opium du peuple. ». Malgré ces nuances, nous le remercions de nous l’avoir volontiers adressé.
A lire l’argumentaire qui l’accompagne, indéniablement l’auteur connaît très bien son sujet, ayant écrit depuis une trentaine d’années dans plusieurs revues catholiques internationales et consacré une quarantaine de livres à la religion et aux sectes, ainsi qu’à l’écologie.
Aujourd’hui c’est le pape François qu’il interpelle en démontant l’idée qu’il ne serait pas le pape « progressiste » qu’on veut bien faire croire.

A vrai dire cela ne nous surprend pas ; des papes, depuis Nicée jusqu’à la Révolution de 1789 il y en eut de toutes sortes selon les circonstances historiques, pour défendre de telle ou telle manière, de gré ou de force, les intérêts financiers de l’Eglise liés à ceux du pouvoir : l’existence de Dieu, les Écritures, et la superstition chassant la raison qualifiée d’hérésie ; ainsi pourquoi critiqua-t-on Pie XII dans son attitude de « neutralité » vis-à-vis d’Hitler : n’avaient-ils pas en commun le même ennemi, le communisme athée de l’URSS ; tout comme Pétain chez nous qui déclarait en 1941 : « Vous n’êtes ni vendus, ni trahis, ni abandonnés. Ceux qui vous le disent vous mentent et vous jettent dans les bras du communisme ».
Aujourd’hui encore ils sont aux aguets de tout signe qui pourrait leur être profitable dans le but d’être reconnus comme interlocuteurs à part entière ; nous ne sommes pas dupes de cette hypocrisie qui les accompagne et qui dévoile qu’ils ont toujours un pied dans le regret du passé : grattez le pape, vous trouverez l’inquisiteur. Ce sont hommes – puisqu’il n’y a pas de femme, bien sûr ! - qui croient toujours, tout comme les évangélistes étasuniens, que ceux qui sont exempts de Dieu, les athées, ne sont pas vraiment des êtres humains.
Aussi lorsqu’ils veulent se mêler de la vie publique d’un pays, comme aujourd’hui avec la République française laïque, ils s’énervent – voir ci-dessous justement les déclarations récentes de ce pape François – et tombent dans la provocation ou la puérilité ; c’est inacceptable, d’autant qu’il se trouve toujours des catholiques, gens du peuple comme autorités politiques, prêts à rebondir ; mais il est faux de penser que les gens d’Église dialoguent : le dogme avant tout.
En outre il nomme son Encyclique Lumen fidei ( Lumière de la foi ) et il a l’arrogance ensuite de demander à la France d’oublier la philosophie des Lumières, lumières de science et de raison !

S’il souhaite se rendre dans notre pays, qu’il connaît mal , il l’a répété, on lui conseille alors de se presser un peu, afin d’aller, avant toute autre initiative, pour être à même d’établir ensuite un dialogue avec les républicains français, athées ou pas, mais laïques, visiter l’exposition sur Darwin à la Cité des Sciences de Paris : Darwin, l’original, les portes fermant le 31 juillet.
Sur le même sujet « Pape », on conseillera vivement à tous de voir ou revoir en salle ou en DVD, on en a parlé ici le 19 septembre 2011, l’excellent film de l’humaniste Nanni Moretti Abemus papam.

Enfin, on complètera en lisant aussi l’ouvrage que le scientifique québécois Yves Gingras vient de consacrer au couple inconciliable, science et religion :
L’Impossible dialogue, sciences et religions, PUF, 422 p.

Laurent Gensac

Logo de Le Président
Laïcité : Message du Grand Mufti de Syrie Ahmad Badreddin Hassoun au peuple français
lundi 11 avril 2016 à 16h52 - par  Le Président

Simple hasard que cet excellent « appel à la laïcité » du grand Mufti au peuple de France, ou réaction aux positions du pape François ?
On se rappelle en effet que le 1er mars dernier celui-ci, lors de la visite d’une association chrétienne française proche du Parti socialiste, Les Poissons roses, avait déclaré très péremptoirement que : « La France doit devenir un État plus laïque » précisant même que la « laïcité est incomplète, qu’elle résulte trop de la philosophie des Lumières pour laquelle les religions étaient une sous-culture. » et que « La France n’a pas encore réussi à dépasser cet héritage. »
Allons ! Allons ! La France non seulement a dépassé cet héritage, mais l’a affiné, l’a complété hardiement avec la loi de 1905. Chercherait-il à remettre sur le même plan métaphysique et philosophie, science et croyance, la res privata et la res publica.

C’est que de complaisantes oreilles peuvent entendre tellement de choses et les interpréter à leur guise quand il s’agit de séparer ce qui est « commun à tous », dans l’intérêt général, de ce qui relève exclusivement de la « vie privée » des individus ou de groupements particuliers ; et de brouiller les esprits en essayant de mettre sur un même plan le respect du croyant et le respect de sa croyance, ou de sa non-croyance dans le cas des athées ; la personne est respectable, son contraire est pénalisant ; les idées qu’elle soutient sont critiquables, son contraire conduit au fanatisme.

Il en est encore ( heureusement !) ainsi dans la République laïque française, malgré les accrocs perpétrés dans l’application de la loi par les uns et les autres, les simples citoyens tout comme les hauts responsables de l’État.

Brèves

4 mars 2014 - Football et laïcité en France

Communiqué de la FFF en date du 01/03/2014
La Fédération Française de Football, Association membre (...)

10 avril 2011 - ENCORE UNE ÉGLISE QUI DISPARAÎT

(AFP du 8. 4. 2011)
À l’avenir à Vandoeuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, ceux qui (...)

6 avril 2011 - UN GESTE DE MAUVAIS GOÛT

(AFP du 6 avril 2011)
Le chef de l’Église catholique belge, l’archevêque André-Joseph Léonard, a (...)