UN GESTE DE MAUVAIS GOÛT

mercredi 6 avril 2011

(AFP du 6 avril 2011)

Le chef de l’Église catholique belge, l’archevêque André-Joseph Léonard, a été entarté à quatre reprises mardi lors d’une conférence, a indiqué un groupe intitulé "l’Internationale pâtissière", qui reproche au prélat ses positions sur l’homosexualité et sur l’avortement.

Alors qu’il se rendait à un débat à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve il est tombé dans une "embuscade pâtissière". Une première tarte à la crème a atterri sur son visage au moment où il entrait dans le bâtiment. Une fois débarbouillé, il a pu gagner la salle de conférence, mais à peine avait-il pénétré dans les lieux qu’il recevait de plein fouet trois nouvelles tartes dégoulinantes.
Quelle que soit l’opinion que l’on ait de la religion en général et de l’Église catholique en particulier ce n’est pas un fait divers dont on doit se réjouir, car da ns tous les cas on doit respecter l’individu.

Entarter quelqu’un quel qu’il soit n’est pas pour nous une mauvaise plaisanterie, c’est une agression, un acte de violence. Voire un geste stupide. Un aveu d’impuissance. Une défaite de l’intelligence. L’argument de ceux qui n’en ont pas.
La violence comme moyen d’arriver à ses fins se retourne toujours contre ses auteurs et dessert la cause qu’elle est censée servir.

Pour nous, d’une manière plus générale la violence n’est légitime que pour mettre fin à une violence injuste quand il y a urgence, ou qu’il n’y a pas d’autre moyen d’y arriver, et à condition d’être exercée avec mesure.



Navigation

Mots-clés de la brève

Brèves de la rubrique